LE DEBUNKING

 

 

 

LE DEBUNKING : La désinformation au sujet des OVNIs

 

Le debunking, de l'anglais "debunk" qui signifie discréditer ou démystifier, est l'art qui constiste à nier et à discréditer tout événement ayant trait, de près ou de loin, à l'existence d'êtres extraterrestres.

Le verbe "to debunk" en anglais signifie : déboulonner quelqu'un, discréditer une institution ou démystifier une croyance. Le debunking est une manoeuvre bien connue en ufologie qui consiste à trouver une explication fantaisiste à une observation d'OVNI, ridiculisant les témoins et les ufologues qui leur ont prêté attention.

La désinformation est un processus, utilisable à tous les niveaux dans toutes les sphères de la communication, qui consiste à présenter une information vraie comme fausse. Le debunking est une technique pour désinformer en ridiculisant, très régulièrement utilisée en ufologie.

***************************************************************************************************************************************************************

"On peut tromper tout le peuple un certain temps, ou certaines personnes tout le temps, mais on ne peut pas tromper tout le monde, tout le temps."(Abraham Lincoln)

"En 1958, [...] il y aura 200 apparitions authentiques d'objets volants non identifiés. Le Pentagone réussira à démontrer qu'il y en avait 210 de fausses." (Éditorial du magazine Life du 6 janvier 1958).

****************************************************************************************************************************************************************

Les complots au sujet des ovnis sont assimilés à tort aux délires des conspirationnistes d'internet. Mais s'il y a bien un domaine qui est victime d'une désinformation volonaire, mesurable et organisée, c'est bien celui des Ufos. Les délires sur le 11 septembre et autres sujets sont pathétiques face à celà. Pourquoi ? : il suffit de prendre connaissance de l'histoire de l'ufologie. Nous constaterons alors que les militaires ont fait tout leur possible pour ridiculiser, donner de fausses informations, étudier et publier des études tronquées, menacer les témoins, ordonner le silence des médias, engager des debunker pour contrer les études ufologiques, etc... La liste est longue.  Après ce constat on ne peut qu'affirmer que nous sommes en présence d'un véritable complot organisé contre le phénomène OVNI et ses implications. Nul besoin de paranoïa, de psychose ou de syndrome de persécution, c'est un complot à la fois évident et prouvé. Les personnes qui prétendent le contraire ne connaissent pas le dossier.

Cependant, il convient de donner quelques précisions afin de ne pas partir dans tous les sens comme on le voit souvent. Le complot constaté était très présent dans les années 40,50 et 60. Les gouvernements d'aujourd'hui ne sont pas forcément dans le secret. Ils ne sont peut-être pas responsables de cette situation. Les gouvernements changent, personne ne prendrait le risque de divulguer ce secret à ses membres. Ainsi, s'il y a un secret, c'est surtout du côté des militaires et des services secrets qu'il faut se tourner.

Le gouvernement des États-Unis a dépensé des millions de dollars pour créer et faire fonctionner des commissions chargées, dans le cadre de l'Armée de l'Air, d'étudier quelque chose sans intérêt, qui n'existe pas, si l'on en croit les déclarations faites par les propres membres de ces services officiels d'enquêtes. Peut-on imaginer une attitude plus paradoxale que celle-là ? Le but du projet Grudge/projet Sign, est de collecter confidentiellement, un maximum de véritables informations sur le sujet, mais de systématiquement trouver des explications "rationnelles" à diffuser au public et aux militaires, ainsi que de déclarer publiquement que les Ovnis n'existent pas réellement.

Le 27 décembre 1949, le projet présente un rapport officiel sur 244 observations, dont les 23% de cas inexpliqués sont attribués à une cause d'ordre psychologique. Rappelons également, aussi incroyable que celà puisse paraître, qu'aux États-Unis, toute communication d'observation d'OVNI par du personnel militaire auprès du public est toujours passible de condamnation pour espionnage, une infraction passible de dix ans d'emprisonnement et de 10 000$ d'amende.

Un exemple de désinformation parmi d'autres :

La désinformation relative aux OVNI ne différe pas fondamentalement de celle appliquée à d'autes sujets. Cependant, plusieurs caractéristiques de la question des OVNI lui donnent un visage particulier : la mainmise américaine sur la question des OVNI, le secret et la pénurie d'informations, la soif des ufologues pour les révélations et la relative inertie de l'opinion publique.

L'arrivée subite et massive d'informations souvent spectaculaires crée d'abord un engouement, lequel se retourne ensuite en un rejet de même ampleur lorsque surgissent les premiers doutes. Puis vient la débâcle et le rejet proportionnel à la déception. De tels revirements peuvent être programmés et obtenus par l'inclusion d'éléments ou de détails FAUX, destinés à être découverts à retardement, au plus fort de l'engouement si possible.

Une fois lancée, la désinformation doit être répandue à travers des caisses de résonance. Celle destinée à l'opinion publique, et transitant par les médias bénéficie souvent d'un remarquable synchronisme. Alors que les informations intéressantes et de qualité sont rarement relayées par les médias, et généralement avec retard, celles relevant de la désinformation sont diffusées avec une rapidité qui les rend très efficaces ! Le phénomène des cercles de récolte (crop circles), qui est peut-être lié au phénomène OVNI, a fait l'objet d'une remarquable campagne de désinformation en 1991 (et récemment !). Tandis que le phénomène prenait de l'ampleur, les médias britanniques et internationaux délivrèrent subitement, et de concert, l'information selon laquelle deux retraités britanniques étaient les auteurs des figures. La nouvelle fut d'abord lancée par le journal "Today", le 9/09/91, puis fit le tour du monde des rédactions. Elle se révéla vite mensongère, mais ne fut jamais corrigée par les médias qui l'avait véhiculée.


Décodage de 25 techniques de désinformation :


Voici quelques techniques courantes utilisés par différents organes de pouvoir -publics ou privés- cherchant à occulter des vérités qui dérangent.

  1. Évitement
    Ne pas écouter la controverse, ne pas la voir, ne pas en parler. Si elle est rapportée, elle n'existe pas et il n'y a pas lieu de s'en occuper.
  2. Superficialité
    N'aborder la controverse qu'en périphérie, sur des points mineurs voire pittoresques. Éviter soigneusement les points clés de l'argumentation.
  3. Indignation
    Rejeter le sujet de façon indignée "jamais une chose pareille ne serait possible!". Jouer sur le sentiment d'incrédulité "il y aurait eu des fuites", "ça se saurait"...
  4. Rumeur
    Considérer la controverse comme une rumeur de plus, sans fondements, quels que soient les arguments présentés.
  5. Homme de paille
    Présenter la position de son adversaire de façon volontairement erronée, en sélectionnant son argument le plus faible, en amplifiant sa portée puis en le détruisant.
  6. Messager
    Décridibiliser le porteur du message. Par extension, associer les opposants à des dénominations impopulaires telles que : excentrique, extrême-droite, gauchiste, terroriste, conspirationniste, radical, fanatique,...
  7. Biais
    Exacerber tous les faits qui pourraient donner à penser que l'opposant opère en dissimulant ses véritables intentions ou est sujet à toute autre forme de biais.
  8. Confusion
    Quelque soit le niveau de la polémique, mais sans y faire référence, confirmer la thèse officielle par un communiqué laconique sur une nouvelle étude favorable et rassurante.
  9. Autorité
    S'associer à l'autorité (organismes internationaux,...) et présenter ses arguments avec suffisamment de jargon, de détails techniques et de sources pour les crédibiliser.
  10. Innocence
    Faire l'innocent. Quelle que soit la solidité des arguments de l'opposant, éviter la discussion en leur contestant toute crédibilité, toute existence de preuves, toute logique ou tout sens. Mélanger le tout pour un maximum d'efficacité.
  11. Amalgame
    Associer les charges de l'opposant à des charges farfelues facilement réfutables, qu'elles soient antérieures ou le fait d'autres opposants. En y étant associées, les charges subséquents, quelle que soit leur validité, sont alors beaucoup plus facilement discréditées.
  12. Diviser
    Diviser pour mieux régner et par extension, mettre l'accent sur les différences entre les différents courants des opposants et l'impression de chaos que celà procure.
  13. Pseudo-débat
    Présenter la version de l'opposant en premier lieu puis démentir par une succession de déclarations issues de sources faisant apparemment autorité.
  14. Confession
    Admettre avec candeur que des manquements (mineurs) ont été identifiés et que des solutions ont été apportées. Les opposants cependant en on tiré parti pour gongler la controverse et tenter de démontrer ce qui n'existe pas.
  15. Édulcorer
    Utiliser des termes techniques sans contenue émotif pour décrire le problème.
  16. Énigme
    Les énigmes n'ont pas de solution. Étant donné la multitude des paramètres, des intervenants et de leurs interactions, le sujet est bien trop complexe pour pouvoir jamais être résolu. Une technique couramment utilisée pour décourager.
  17. Solution complète
    Éviter le problème en exigeant de l'opposant qu'il fournisse une solution complète à la résolution de la controverse.
  18. Omission
    Omettre des preuves, des publications ou des témoignage. S'ils n'existent pas, ce ne sont pas des faits et le sujet ne doit pas être ouvert.
  19. Sang-froid
    Amener l'opposant à argumenter dans une position difficile et jouer sur sa perte de sang-froid pour le décridibiliser.
  20. Expertise
    Créer son propre groupe d'experts et le financer.
  21. Preuve impossible
    Ignorer les preuves présentées par l'opposant comme étant non pertinentes et lui demander des preuves inaccessibles, que ce soit matériellement (non disponibles ou soustraites au regard public), techniquement (années de recherche) ou financièrement.
  22. Déni
    Dénier toute crédibilité ou être extrêmement critique vis-à-vis de publications, de témoignages ou mêmes de propos officiels d'organes de pouvoir, en les désignant comme des "sources non valides" ou "des éléments sortis de leur contexte".
  23. Fausse preuve
    Introduire des éléments contradictoires par rapport à l'argument de l'opposant, au besoin en fabriquant de fausses preuves, par exemple sous la forme d'études scientifiques au protocole particulièrment étudié.
  24. Grand jury
    Organiser un grand jury ou des états généraux avec tous les atours de la consultation la plus large et la plus ouverte qui soient. Neutraliser ensuite les sujets qui fâchent et présenter le rapport final comme éant l'état du consensus général.
  25. Diversion et distraction
    Créer l'événement ailleurs pour distraire et écarter l'attention du public.

Source : forum-ovni-ufologie.com

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

© La Vérité est Ici 2011-2013 

Déclaration universelle des Droits de l'Homme - Article 19 -

"Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit."


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×